S A I N T - P O M P O N L I V E

S   A   I   N   T   -   P   O   M   P   O   N           L   I   V   E

Les Saint-Pomponnais parlent, racontent, discutent, etc ...


André et la traite des vaches

Depuis que je suis en âge de travailler, je soigne les vaches.

Actuellement matin et soir j'effectue la traite de nos vaches avec l'aide de la trayeuse électrique mais il y a quand même beaucoup de préparation. D'abord il faut installer  les vaches sur le pont les unes derrière les autres, elles sont relativement dociles car la traite les soulage. Ensuite je lave les pis avec des linguettes individuelles puis je place les faisceaux trayons afin de commencer le tirage du lait qui dure environ trois minutes.

Le lait est transféré directement dans le tank, il n'est jamais en contact avec l'air.

Dès la traite terminée, il faut faire sortir les vaches par un couloir de retour unique. Pour cela l'installation d'un pont amovible a été nécessaire.

André aime son métier et prochainement, il va être récompensé, il va recevoir la médaille grand or du mérite agricole pour ses 40 ans de service.

Félicitations André et bonne continuation !

Raconté le 30 octobre 2011


23/09/2013
3 Poster un commentaire

Notre doyenne Aimée DAURIAT

Aimée Angéline MONDY est née le 11 août 1917 à Capdrot est a vécu sur la commune de Saint-Laurent la vallée au lieu-dit "Julliac" avec ses parents jusqu'à son mariage avec Robert DAURIAT le 27 juillet 1936.

C'est à cette date qu'elle arrive à Saint-Pompon au lieu-dit "la Tire".

Ce fut un grand changement dans sa vie car dans la maison familiale, il y avait l'électricité depuis 1927 mais à "la Tire" l'électricité n'arrivera qu'en 1955.

Aimée et Robert eurent trois enfants :

Reine en 1940, Jean-Claude en 1948 et Jean-Paul en 1951.

 Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, Aimée refusait toujours de préparer la Mique levée (plat traditionnel de la région) car c'est un plat qu'elle cuisinait souvent pendant la guerre.

Aimée est veuve depuis 1976.

En 1983, elle réalisera les plats régionaux dans la ferme auberge de son fils Jean-Paul "Chez Popo".

Aujourd'hui, elle vie paisiblement et nous lui souhaitons encore beaucoup d'années à "la Tire".

Raconté le 26 avril 2010.


23/09/2013
0 Poster un commentaire

Michel et la démonstration de calcul

Comment diviser une fraction par une fraction ?

Chacun (?) connaît la réponse : on multiplie la fraction-dividende

par la fraction-diviseur renversée.

Quant à moi, pourquoi n'oublierai-je jamais la marche à suivre ?

Parce que notre instituteur Monsieur Lavelle

nous la fit entrer dans le crâne d'une façon très concrète,

très démonstrative, très physique.

Ce matin-là, à la fin de la leçon et pour en contrôler l'efficacité,

Monsieur Lavelle nous donna un premier calcul à effectuer.

Aucun d'entre nous n'ayant la bonne réponse,

Monsieur Lavelle passa dans l'allée et distribua

deux giffles à chaque élève.

Puis il avisa le plus petit de la classe

(s'il avait été absent ce jour-là, j'aurais été bon pour la suite),

le souleva et le tint par les chevilles,

la tête en bas, contre le tableau,

en nous disant :

"la fraction-diviseur renversée, c'est ça !"

Je n'ai jamais eu, dans ma vie,

à diviser une fraction par une fraction,

mais cette séance de mathématiques

a laissé en moi un souvenir indélébile.

Raconté le 4 septembre 2009


20/10/2013
1 Poster un commentaire

Gilbert et quelques souvenirs

Mon oncle né en 1895, me racontait que lorsqu'il était écolier,

l'école publique des garçons se situait Grande rue,

ensuite ce bâtiment se transforma en forge puis

en maison particulière.

L'école publique des filles se situait route du Maine au "Temps de vivre"

qui est devenue aussi une maison particulière.

 

Lorsque j'étais moi même écolier, notre instituteur nous faisait énoiser

tous les samedis pour son épouse.

 

Pendant la dernière guerre,

les maquisards arrêtaient souvent notre instituteur,

de ce fait nous n'étions pas souvent scolarisés.

 

 

En 1964, mes parents travaillaient toujours la terre

avec des "bêtes à cornes".

La vie était très dure à la campagne.

Je suis donc parti travailler à Paris aux chemins de fer.

Aujourd'hui, je suis heureux d'être revenu vivre à Saint-Pompon.

 

Raconté le 3 septembre 2009

 


20/10/2013
3 Poster un commentaire

Solange et Didier CAMINADE

Si vous passez par "Le Verteil",

surtout n'hésitez pas à rendre visite à Didier et à son épouse,

ce sont des Saint-Pomponnais très accueillants

qui aimeront (surtout Didier) vous parler,

raconter, donner des conseils de jardinage

et autres très gentiment.

Vous passerez un moment agréable.

Rencontré le 06 septembre 2009


23/09/2013
4 Poster un commentaire

André et la route

C'est en 1956, que la route allant de "la Bélaudie" au bourg de Saint-Pompon fut goudronnée.

Ce fut un grand changement dans notre vie, car à cette période, notre famille et tous les voisins devaient l'entretenir.

"Nous faisions des journées de prestation" pour la commune, de ce fait, il nous était accordé une diminution d'impôts.

Monsieur Fernand MEZERGUES dirigeait les travaux.

 Nous allions épierrer  afin de combler les trous de la route.

Lorsque les pierres étaient grosses et difficile à casser, avec mon père, nous allumions un feu de fagots de sarments de vigne, afin de chauffer ces pierres et de les casser plus facilement.

L'entretien des routes était très laborieux, nous ne possédions pas de matériel comme aujourd'hui.

*

A cette époque plusieurs foires par an à Saint-Pompon :

le 20 janvier : foire aux porcs gras

Tous les agriculteurs de la commune amenaient, à pied, des cochons jusqu'au bourg. Ce n'était pas facile de les faire marcher sur plusieurs kilomètres.

Monsieur RUEYRE du "Maine" leur apprenait à marcher au pas en leur attachant une corde à une patte.

En ce temps là, il existait une halle à côté de la place où Monsieur ALLEYRAC vendait des cochons.

En septembre octobre : foire aux dindons et aux oies

Cette foire avait lieu rue du pavillon nord.

Le 29 du mois : la grande foire

Sur le Foirial il était difficile de se déplacer au milieu des moutons, vaches, volailles et stands de divers commerçants.

Toutes ces foires attiraient énormément de monde et avaient grande réputation.

 

Raconté le : 5 avril 2009


20/10/2013
0 Poster un commentaire

Suzanne "la piqueuse"

En 1958, ma belle mère Manon avait besoin de piqûres. Le docteur Joseph CHASSAING m'a appris à les faire. 

Ensuite, des voisins de "la Bélaudie",

de "Grimardet", "la Catusse", "les Vauries" ont fait appel à mes services.

Je me déplaçais à pied. En arrivant, je stérilisais l'aiguille et la seringue en les faisant bouillir dans l'eau pendant une demi-heure.

Pour une simple piqûre, je passais facilement une demi-journée et tout cela bénévolement.

Certains saint-pomponnais préféraient venir la faire chez moi.

Après mon intervention, nous faisions "la veillée".

En 1971, j'ai obtenu mon permis, je me suis achetée une 4L afin de me déplacer plus rapidement.

J'ai arrêté cette activité en 1977.

En 22 ans de pratique, je n'ai utilisé que 3 ou 4 aiguilles. 

A cette époque, il n'y avait pas de place pour le gâchis.

Raconté le 5 avril 2009


20/10/2013
0 Poster un commentaire

Marie-Louise fan de foot

Grosse déception,

en effet en 1977, l'équipe de foot de Saint-Pompon a acquit sur le terrain sa montée en division supérieure or,

le plus jeune joueur de l'équipe était un  cadet qui devait avoir un double sur classement avec certificat médical pour évoluer en équipe sénior.

 Une des équipes adverses déposa une réserve concernant mon fils Philippe et sa qualification.

Ce qui entraîna l'annulation de tous les résultats de l'Union Sportive Saint Pomponnaise.

Raconté le 09.01.2009


20/10/2013
0 Poster un commentaire

René, le trufficulteur

Depuis quelques années, je me passionne pour la trufficulture.

Il faut savoir que pour obtenir des truffes, il est nécessaire de planter des chênes mycorisés dans un sol calcaire. Les premières truffes peuvent apparaître au pied d'un chêne de cinq ans mais en général, il faut un chêne de quinze ans pour un rendement intéressant.

Dans notre région, nous trouvons essentiellement deux variétés :

       - la tuber melanosporum (diamant du périgord ; en occitan : rabasse)

       -la tuber brumale.

Au printemps, je travaille le sol mais, ce n'est pas une obligation, la parcelle peut rester enherbée. 

La truffe est un champignon qui se développe à partir de mars avril et arrive à maturation en décembre.

Pour obtenir une récolte avantageuse, il est important de bénéficier d'une période de pluies mi-juillet mi-août.

Au début de l'hiver, la recherche de la truffe se fait soit avec le cochon, le chien truffier ou la mouche.

 Pour la recherche à la mouche, il faut se munir d'une baguette de bois et la promener sur le sol afin de faire s'envoler la mouche qui est posée à l'endroit de la truffe (la mouche pond sur la truffe) ensuite, il faut creuser délicatement pour la récolter.

 La truffe a des parasites : limaces, mulots et liodes (coléoptère rouge).

Mon petit conseil : Enterrez les truffes gâtées pour favoriser les récoltes futures.

Raconté le 9 Janvier 2009


20/10/2013
1 Poster un commentaire

Roger le casseur de noix

Depuis 1940, je casse des noix.

A l'époque, je cassais les noix pour fabriquer mon huile.

Premièrement, je les broyais  puis je les mettais dans un chaudron en cuivre

que je faisais chauffer jusqu'à ébullition pendant deux heures

pour obtenir une pâte bien dorée.

 Ensuite je mettais cette pâte dans un pressoir et 

je tournais la manivelle longuement afin d'obtenir l'huile.

Avec un sac de 80 kg, je fabriquais 15 litres d'huile.

Aujourd'hui ce n'est plus moi qui fabrique l'huile,

je casse toujours des noix mais pour des sociétés.

 

Raconté le 18 Décembre 2008


20/10/2013
3 Poster un commentaire

Georges avec sa faucille dite "volant" servant a couper le blé.

Et ben non,

ce n'est pas avec cette faucille que je me suis coupé les orteils,

le doigt ...

A l'époque, elle servait à couper le blé.

 En 1934, 3 familles vivaient à "Soutou" : Maisonneuve, Mezergue et ma famille Taillade, ce qui faisait environ 17 habitants.

Nous n'avions pas l'eau courante, on allait la chercher chez Maisonneuve.

Les femmes lavaient le linge au ruisseau.

Le raccordement à l'eau de ville se fit vers 1970, par contre,

nous avions l'électricité depuis les années 1938.

Je labourais avec les vaches, "dépiquais" le blé avec la batteuse.

Le foin était coupé à la faucheuse avec les vaches et à la faux.

Ensuite on râtelait le foin afin d'effectuer des tas.

Que l'on ramassait  à la fourche, pour les mener dans les granges.

(cela prenait beaucoup de temps).

 Nous faisions notre huile avec les noix.

Un élevage de : vaches, moutons, dindons, poules, canard, cochons

(que l'on tuait avec les voisins).

Nous vivions sur la production de la ferme.

Je peux vous dire qu'il y a une grande évolution dans notre façon de vivre depuis la fin de la dernière guerre. 

  Raconté le : 7 Décembre 2008


20/10/2013
0 Poster un commentaire

Samy le Chef du Pompon Rouge

La recette de Samy : Purée de céleri

Ingrédients : 1 boule de céleri rave, 1 litre de lait, 1 citron,

250 g de crème fraîche,

 sel et poivre.

Épluchez le céleri, coupez le en morceaux,

mettre les morceaux dans une casserole avec le lait et le citron coupé en 4,

rajoutez de l'eau si nécessaire pour couvrir le céleri, salé, poivré.

Faire cuire à feu doux pendant environ 45 minutes.

Vérifiez la cuisson avec le couteau.

Égouttez le céleri, enlevez le citron.

Mixez à chaud avec la crème fraîche et vérifiez d'assaisonnement.

Bon Appétit

Le : 05.12.2008


20/10/2013
1 Poster un commentaire

Patrick le cantonnier

    La frayeur de Patrick                                                     

  Sur la place de la Mairie,

ayant enlevé la plaque d'égout afin d'y effectuer le nettoyage

et m'étant retourné pour expliquer mon travail à Monsieur le Maire,

aux techniciens et à quelques villageois.

Un couple de touriste se promenait et admirait notre beau village quand,

tout à coup la femme disparut dans l'égout,

il ne restait apparent que sa tête.

Nous l'avons sortie de là, fort heureusement, elle n'avait rien.

Depuis, je sais pourquoi les égouts sont bouchés.

Raconté le : 05.12.2008

 


20/10/2013
3 Poster un commentaire